Le geste comme langage

6, janvier 2010  |  Publié : Events, Figures de l'amateur, Séminaires  | 

Le geste comme langage

Sous la direction de Patricia Ribault, docteur en Arts et Sciences de l’art (Université Paris I Sorbonne)

Des premiers gestes de percussion décrits et analysés par Leroi-Gourhan jusqu’aux interfaces tactiles des objets communicants contemporains, le geste fait langage ; autrement dit, il s’inscrit dans une organisation du corps humain et de sa prothéticité indissociable de l’évolution du corps social. Cela signifie qu’il se dépose dans les objets que nous produisons sous forme de traces ouvertes à interprétation, selon un processus que le philosophe italien Luigi Pareyson qualifie de « formativité » : l’union inséparable de production et d’invention.

Ce séminaire, qui sera co-parrainé par le Centre d’Histoire des Techniques et de l’Environnement du CNAM et de l’EHESS et par le LETA/CREDE, s’attachera à tracer une technogénèse du geste à travers différentes approches, qu’elles soient historiques, anthropologiques, technologiques, artistiques ou philosophiques. Nous chercherons à comprendre d’une part comment le corps s’inscrit dans la matière à travers la praxis et les œuvres d’artistes, d’artisans, d’ingénieurs ou de designers, et d’autre part, comment ces gestes engendrent des systèmes d’expression communs.

Nous tenterons également d’identifier des « temps du geste » par rapport aux grandes structures techniques et sociales qui ont constitué notre histoire et nous porterons une attention particulière à la position de l’artiste, pour qui le geste n’est pas forcément un moyen mais plutôt une fin en soi, l’expression d’une plasticité qui crée du langage par des voies parallèles aux chemins « efficaces » qu’emprunte la technique. Cela nous permettra de mettre en valeur la double dimension de recherche et d’expérimentation propre au geste, entendu comme travail conjoint du corps et de l’esprit et d’envisager de nouvelles pratiques exploratoires des arts et techniques.

Enfin, dans le contexte des technologies culturelles actuelles, nous engagerons une réflexion sur la notion de motricité appliquée au numérique ainsi qu’aux « hyper-objets » de notre temps, capables de tracer, d’enregistrer et bientôt de communiquer entre eux de manière tout à fait inédite à ce jour.

Télécharger le flyer du séminaire

Accès: Centre Pompidou, salle piazza (voir plan)

Dates :

  • 16 mars 2010: Vers une archéologie du geste
  • 30 mars 2010: Gestes, métiers et langages corporels
  • 20 avril 2010: Philosophie du geste
  • 4 mai 2010: Communication interspécifique, intersubjectivité et structures du langage
  • 25 mai 2010: Matières et technè de l’art
  • 15 juin 2010: Du geste à l’outil
  • 29 juin 2010: Motricités et pratiques numériques

16 mars 2010: Vers une archéologie du geste

Sophie A. de Beaune : Professeur à l’Université Jean Moulin Lyon 3, chercheur à l’UMR 7041 Archéologies et Sciences de l’Antiquité et au CDHTE (Centre d’Histoire des Techniques et de l’Environnement) et directrice adjointe scientifique à l’Institut des Sciences Humaines et Sociales (CNRS);
Sadika Keskes : Artiste verrière, diplômée des Beaux-Arts de Tunis;
Patricia Ribault : Docteur en Arts et Sciences de l’art de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.
Accéder à la séance sous Lignes de temps

30 mars 2010: Gestes, métiers et langages corporels

André Guillerme : Professeur titulaire de la chaire d’histoire des techniques au Conservatoire National des Arts et Métiers, directeur du CDHTE (Centre d’Histoire des Techniques et de l’Environnement) au CNAM et à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.
Guy Martin : Chef cuisinier du restaurant Le Grand Véfour à Paris.
Jean-Christophe Bailly : écrivain, docteur en philosophie, professeur à l’Ecole du paysage de Blois.
Accéder à la séance sous Lignes de temps

20 avril 2010: Philosophie du geste

Michel Guérin : Philosophe, professeur d’esthétique et directeur du LESA (Laboratoire d’Études en Sciences des Arts) à l’Université Aix-Marseille 1. Membre de l’Institut Universitaire de France sur la chaire de Théorie de l’art et de la culture.
Bernard Stiegler : Philosophe, Docteur de l’EHESS, Directeur de l’Institut de recherche et d’innovation, Président d’Ars Industrialis
Accéder à la séance sous Lignes de temps

4 mai 2010: Communication interspécifique, intersubjectivité et structures du langage

Frédéric Joulian : Maître de Conférences à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales; responsable du Programme de Recherches Interdisciplinaires « Evolution, Natures et Cultures.
Michel de Fornel : sociolinguiste et linguiste. Directeur d’Études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), directeur adjoint du Centre de Linguistique Théorique et coordinateur (avec Francis Zimmermann) du PRI Anthropologie et linguistique. Fondateur avec Emmanuel Désveaux du centre de Linguistique Anthropologique et Sociolinguistique (LIAS) au sein de l’Institut Marcel Mauss.
Frédéric Pouillaude : Agrégé et docteur en philosophie, maître de conférences à l’Université Paris IV-Sorbonne.
Accéder à la séance sous Lignes de temps

25 mai 2010: Matières et technè de l’art

Emmanuel Boos : artiste céramiste, doctorant du département de Verre et Céramique au Royal College of Arts (Londres).
Thierry Giannarelli : danseur et chorégraphe, docteur en neurophysiologie sensorielle, directeur de la Compagnie L’Imparfait et du Centre d’Exploration Chorégraphique de la Colle de Nouvé.
Gabriele Sofia : acteur et doctorant en cotutelle entre le laboratoire d’Ethnoscénologie à l’Université de Paris 8 et le département d’Arts et Sciences du Spectacle à la Sapienza, Université de Rome.
Accéder à la séance sous Lignes de temps

15 juin 2010: Du geste à l’outil

Daniel Kula (sous réserve) : Responsable de l’atelier Maquettes à l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle.
Stéphane Thirouin : Design manager chez Facom.
Accéder à la séance sous Lignes de temps

29 juin 2010: Motricités et pratiques numériques

Frédéric Bevilacqua : docteur en optique biomédicale de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, chargé de recherche sur la captation et l’analyse du geste à l’Ircam (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique) dans l’équipe Applications temps réel.
Michel Beaudouin Lafon : Professeur d’Informatique à l’Université de Paris-Sud, directeur du Laboratoire en Recherche Informatique, membre du projet In Situ du PCRI, commun au LRI/Université Paris-Sud-CNRS et à l’INRIA Saclay.
Pierre Cubaud : Professeur d’informatique au Conservatoire National des Arts et Métiers, membre permanent du CEDRIC (Centre d’Etudes et de Recherche en Informatique).
Accéder à la séance sous Lignes de temps

Le geste comme langage

Sous la direction de Patricia Ribault, docteur en Arts et Sciences de l’art (Université Paris I Sorbonne)

Des premiers gestes de percussion décrits et analysés par Leroi-Gourhan jusqu’aux interfaces tactiles des objets communicants contemporains, le geste fait langage ; autrement dit, il s’inscrit dans une organisation du corps humain et de sa prothéticité indissociable de l’évolution du corps social. Cela signifie qu’il se dépose dans les objets que nous produisons sous forme de traces ouvertes à interprétation, selon un processus que le philosophe italien Luigi Pareyson qualifie de « formativité » : l’union inséparable de production et d’invention.

Ce séminaire, qui sera co-parrainé par le Centre d’Histoire des Techniques et de l’Environnement du CNAM et de l’EHESS et par le LETA/CREDE, s’attachera à tracer une technogénèse du geste à travers différentes approches, qu’elles soient historiques, anthropologiques, technologiques, artistiques ou philosophiques. Nous chercherons à comprendre d’une part comment le corps s’inscrit dans la matière à travers la praxis et les œuvres d’artistes, d’artisans, d’ingénieurs ou de designers, et d’autre part, comment ces gestes engendrent des systèmes d’expression communs.

Nous tenterons également d’identifier des « temps du geste » par rapport aux grandes structures techniques et sociales qui ont constitué notre histoire et nous porterons une attention particulière à la position de l’artiste, pour qui le geste n’est pas forcément un moyen mais plutôt une fin en soi, l’expression d’une plasticité qui crée du langage par des voies parallèles aux chemins « efficaces » qu’emprunte la technique. Cela nous permettra de mettre en valeur la double dimension de recherche et d’expérimentation propre au geste, entendu comme travail conjoint du corps et de l’esprit et d’envisager de nouvelles pratiques exploratoires des arts et techniques.

Enfin, dans le contexte des technologies culturelles actuelles, nous engagerons une réflexion sur la notion de motricité appliquée au numérique ainsi qu’aux « hyper-objets » de notre temps, capables de tracer, d’enregistrer et bientôt de communiquer entre eux de manière tout à fait inédite à ce jour.

Télécharger le flyer du séminaire

Inscription: envoyer un mail à contact@iri.centrepompidou.fr

Accès: Centre Pompidou, salle piazza (voir plan)

  • Jamespot
  • Twitter
  • Facebook
  • Digg
  • Delicious
  • LinkedIn
  • FriendFeed
  • Tumblr
  • Netvibes Share
  • MySpace
  • Share