Nanotechnologies

10, janvier 2010  |  Publié : Design of New Industrial World, Events, Séminaires  | 

Enjeux anthropologiques, culturels et philosophiques des nanosciences et nanotechnologies

Séminaire organisé par X. Guchet (Paris I) et S. Loeve (Paris X). Institut de Recherche et d’Innovation, 2007-2009

L’intention générale qui anime ce séminaire, programmé sur les trois prochaines années, est double :
- il s’agit d’abord de stimuler une approche résolument critique des nanosciences et nanotechnologies (NST), non pas au sens d’une mise en accusation systématique des sciences et des techniques, mais au sens d’une analyse des effets que le développement des NST aura sur les conditions de l’expérience et de la connaissance humaines. Il s’agit par conséquent d’abandonner toute position de survol pour s’enfoncer dans la fabrique des représentations et des concepts, au plus près du travail des scientifiques. Construire une réflexion critique et, au besoin, réformer notre entendement à partir d’une analyse de la réalité de la recherche et non dans le ressassement de quelques lieux communs sur la technoscience, telle est la première ambition de ces séminaires ;
- il s’agit ensuite de réfléchir aux usages sociaux des objets communicants afin de déterminer si ces objets, dont certains prédisent que demain ils seront parmi les premiers à être équipés en nanotechnologies, pourront faire émerger un nouvel espace critique ainsi qu’une nouvelle figure de l’amateur des oeuvres d’art, ou bien risqueront d’intensifier ce que Hannah Arendt décrivait comme un engloutissement du monde des oeuvres dans le processus de la consommation.

17 janvier 2007 : L’imaginaire des nanotechnologies

Introduction du séminaire par X. Guchet (IRI, INRA) – Projection du film « Le silence des nanos », du réalisateur J. Colin – Communication de P. Pajon, Maître de conférences en sémiologie, Université Stendhal Grenoble III, et Centre de Recherche sur L’Imaginaire

14 février 2007, 18h – 20h : Instruments et images : la fabrique des phénomènes

« nano ». Communication de T. Shinn, Directeur de recherche au CNRS / GEMAS (Groupe d’Etude des Méthodes de l’Analyse Sociologique). Débat introduit par S. Loeve (IRI, Université Paris X).

Jeudi 15 mars 2007 : Quelles représentations de la matière à l’échelle « nano » ?

Communication de J.-M. Lévy-Leblond, professeur émérite à l’Université de Nice.

25 avril 2007 : L’électronique moléculaire : science appliquée ou technologie fondamentale ?

Communications de G. Dujardin, physicien, Directeur de recherche au CNRS, Laboratoire de Photophysique Moléculaire, groupe Nanosciences (LPPM, Université Paris XI), et E. Klein, physicien et philosophe des sciences, CEA.

23 mai 2007 : Controverses sur l’histoire des nanotechnologies

Communication de C. Joachim, physicien, Directeur de recherche au CNRS, Centre d’Elaboration des Matériaux et d’Etudes Structurales (CEMES, Toulouse).

20 juin 2007 : De la chimie de synthèse aux machines moléculaires

Communications de J. Frey, chimiste, Laboratoire de Chimie Organo-Minérale (LCOM, Strasbourg), et B. Bensaude-Vincent, professeur de philosophie et d’histoire des sciences, Université de Paris X – Nanterre.

La première année du séminaire fut consacrée à la fabrique des représentations, que le programme des séances permet d’aborder selon différentes perspectives.

29 janvier 2008 : Nanosciences et relations d’échelle

V. Bontems, sur le thème « Nanosciences et relations d’échelle »

19 février 2008 : Les nanosciences à la lumière de la philosophie de la nature et de la technique de G. Simondon

Xavier Guchet, sur le thème « Les nanosciences à la lumière de la philosophie de la nature et de la technique de G. Simondon ».

18 mars 2008 : Ontologie des nanosciences

Bernard Stiegler, sur le thème « Ontologie des nanosciences »

15 avril 2008 : Les nanosciences à la lumière de la philosophie de la nature de Whitehead

D. Debaise, sur le thème « Les nanosciences à la lumière de la philosophie de la nature de Whitehead »

13 mai 2008 : Nanosciences et théories de la complexité

Jean-Pierre Dupuy, sur le thème « Nanosciences et théories de la complexité ».

10 juin 2008 : Ontologie des nanosciences

Bernard Stiegler, sur le thème « Ontologie des nanosciences ».

Nanosciences et philosophies de la nature

L’intention générale de ce séminaire, commencé l’an passé, est de stimuler une approche critique des nanosciences et nanotechnologies (NST), non pas au sens d’une mise en accusation systématique des sciences et des techniques, mais au sens d’une analyse des effets que leur développement aura sur les conditions de l’expérience et de la connaissance humaines. Il s’agit par conséquent d’abandonner toute position de survol pour s’enfoncer dans la fabrique des représentations et des concepts, au plus près du travail des scientifiques en NST.
Le séminaire de l’an passé, sur les représentations du nanomonde, a montré qu’il n’est pas possible de réduire la recherche en NST à des considérations strictement utilitaires. Les recherches dans les domaines de l’électronique et de la mécanique moléculaires, pourtant propices à suggérer une orientation purement utilitaire des recherches en NST, apparaissent au contraire sinon exclusivement, du moins prioritairement motivées par des intérêts de connaissance. Or, ce constat ne peut pas manquer d’avoir des incidences sur la, ou les, conception(s) de la nature que les recherches en NST font émerger. On veut en effet dans ce séminaire défendre l’idée que les NST ne font pas qu’intensifier ce rapport de pure exploitation à la nature qui est supposé définir la modernité technoscientifique, mais qu’elles font aussi émerger une vraie pensée de la nature. En parodiant Merleau-Ponty parlant de la cybernétique à la fin des années 50, on peut dire qu’on ne peut pas aujourd’hui penser la nature sans parler des nanosciences. C’est cette pensée de la nature que l’on voudrait interroger cette année. Si le séminaire de l’an passé a permis d’en donner un aperçu par l’examen des artifices fabriqués en laboratoire, le séminaire de cette année sera consacré à expliciter plus précisément cette pensée et avant tout à en montrer la diversité (il n’y a pas une mais plusieurs conceptions de la nature dans les NST). On entend pour cela s’appuyer sur des pensées philosophiques de la nature, celles de Whitehead et de Simondon en particulier, en faisant l’hypothèse qu’elles sont susceptibles de fournir des concepts permettant de mieux caractériser cette pensée de la nature qui se forge au coeur de la recherche en NST. Les NST, considérées comme le fleuron de la créativité opératoire des technosciences contemporaines, semblent inaugurer l’ère d’une processualité pure dans laquelle le devenir aurait destitué l’être. L’idée même d’une nature extérieure à nos activités technoscientifiques achèverait sa décomposition et ferait place à une perspective massive d’instrumentalisation des processus matériels, considérés dans leur ensemble comme des « dispositifs pour ». Peut-on en rester là ? Cette question servira de fil conducteur aux réflexions de ce séminaire 2007-2008.

15 janvier 2009 : La notion de « société de la connaissance »

intervention d’Isabelle BRUNO (sciences politiques, Université Lille 2), auteur d’un ouvrage sur la notion de « société de la connaissance ».

26 février 2009 : Les dynamiques de la recherche en micro- et nanotechnologies

intervention d’Aurélie DELEMARLE (gestion, ESIEE), auteur d’une thèse sur l’émergence de MINATEC.

26 mars 2009 :

intervention de Dominique VINCK (sociologie, Université Pierre Mendès-France, Grenoble), sur les dynamiques de la recherche en micro- et nanotechnologies.

9 avril 2009 : Les usages anticipés des micro- et nanotechnologies

intervention de Céline VERCHERE (sociologie, CEA-LID, Grenoble), sur les usages anticipés des micro- et nanotechnologies.

14 mai 2009 : Les débats publics autour des nanotechnologies

intervention d’Alain KAUFMANN (sociologie, Université de Lausanne), sur les débats publics autour des nanotechnologies.

18 juin2009 : Clôture du séminaire

intervention de Xavier GUCHET et Sacha LOEVE. Clôture du séminaire.

Le séminaire Enjeux anthropologiques, culturels et philosophiques des nanotechnologies sera consacré cette troisième et dernière année à l’examen des dynamiques sociales associées aux innovations en micro- et nanotechnologies. La question sera traitée du point de vue de la construction d’une « société européenne de la connaissance », considérée comme une priorité depuis la conférence de Lisbonne en 2000. Comme l’indique clairement le rapport d’un groupe de travail mandaté par la Commission européenne, les nanotechnologies et plus généralement les technologies convergentes doivent être considérées comme une opportunité pour construire une société européenne de la connaissance, c’est-à-dire une société dans laquelle les connaissances n’émanent pas des seuls scientifiques et experts mais sont « co-construites » par l’ensemble parties prenantes, notamment le public. Comment ce programme de construction d’une société de la connaissance s’articule-t-il aux dynamiques de recherche et d’innovation en micro- et nanotechnologies ? Que signifie « coconstruire » des connaissances ? Comment le public est-il invité à « co-construire » des connaissances ? Quel rôle pour les sciences humaines et sociales dans ce contexte et quel type de connaissance produisent-elles ? Le séminaire se focalisera sur le cas grenoblois.

Lieu : salle du Collège sur la Piazza Beaubourg.

Coordination : Xavier Guchet, Sacha Loeve


format pdf Flyer du séminaire 2009

  • Jamespot
  • Twitter
  • Facebook
  • Digg
  • Delicious
  • LinkedIn
  • FriendFeed
  • Tumblr
  • Netvibes Share
  • MySpace
  • Share