Faculté de jouer

21, décembre 2010  |  Publié : Events, Figures de l'amateur, Séminaires  | 

Sur la faculté de jouer

Le séminaire a interrogé la question du jugement qui est au coeur des préoccupations de l’IRI en se donnant, dans un premier temps, un objet circonscrit : tenter danalyser la différence entre le jugement de goût, qui est supposé qualifier depuis les modernes la position de spectateur, et les jugements qui se forment chez des praticiens de la scène pendant le jeu.

Dans ce but, on se propose de réfléchir sur des textes ou sur des pratiques qui ont voulu développer lidée dun théâtre fait pour ceux qui le jouent : théâtre imaginé non pas pour le bénéfice ou le plaisir des spectateurs appelés à le voir, mais dont la raison d’être principale se cherche dans l’effet à produire chez les acteurs qui (se) le présentent. On pense en particulier au théâtre pédagogique des Jésuites, dont la représentation n’était pas exclue mais qui se donnait comme finalité principale de contribuer à la formation (morale, théologique, humaine) des acteurs amateurs, au sens moderne du mot; aux fictions diderotiennes d’un théâtre sans spectateurs ; au théâtre didactique de Brecht, parfois interdit à la représentation publique, et ne valant que comme exercice pour les comédiens ; aux exercices de Grotowski et de ses continuateurs.

Dans un deuxième temps, le séminaire a tenté d’utiliser les acquis de cette analyse pour aborder plus largement les questions liées au jugement : concepts, appareils, programmation, pratiques critiques dans le but de contribuer de façon plus directe à la préparation du colloque sur le jugement prévu pour décembre 2007.

  • Jamespot
  • Twitter
  • Facebook
  • Digg
  • Delicious
  • LinkedIn
  • FriendFeed
  • Tumblr
  • Netvibes Share
  • MySpace
  • Share