Séminaire préparatoire aux ENMI 2012

30, janvier 2012  |  Publié : Events  | 

Retrouvez l’intégralité des vidéos des ENMI Préparatoires 2012 à l’adresse suivante : http://ldt.iri.centrepompidou.fr/ldtplatform/ldt/front/medias?tag=Enmi%20Préparatoires%202012

Retrouvez le storify de l’événement: http://storify.com/IriResearch/session-one et http://storify.com/IriResearch/session-two

Programme ENMI maris 2012

DIGITAL STUDIES, ORGANOLOGIE DES SAVOIRS ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES DE LA CONNAISSANCE

Le séminaire aura lieu à l’ENSCI-Les ateliers : 48 Rue Saint-Sabin 75011 Paris
Entrée libre (formulaire d’inscription en bas de page)
Contact et information : contact@iri.centrepompidou.fr // 01 44 78 49 11

Séminaire organisé en partenariat avec l’ENSCI-Les Ateliers, l’Institut Télécom, Alcatel Lucent Bell Labs, la direction de l’innovation de France Télévision et France 5 et Microsoft France

Le but de ce séminaire et du colloque qu’il prépare est d’appréhender la question des digital humanities à partir de la question plus large et plus radicale des digital studies conçues comme une rupture épistémologique généralisée – c’est à dire affectant toutes les formes de savoirs rationnels – , mais aussi comme une rupture anthropologique – dans la mesure où ce sont aussi les savoirs empiriques sous toutes leurs formes qui sont altérés.

Cette approche « organologique » d’essence théorique vise à fournir des axiomes et des théorèmes pour des activités pratiques de conception, de prototypages, de réalisation et d’expérimentation des instruments de recherche contributive, de production collaborative et de diffusion des savoirs dans la recherche, dans les enseignements supérieur, secondaire et élémentaire, et dans les entreprises comme dans l’ensemble de la société.

Une telle ambition pratique impose sans doute de repenser en profondeur les liens entre politique culturelle, politique éducative, politique scientifique, politique industrielle, politique des médias et citoyenneté.
Ces questions pratiques, politiques et économiques doivent rebondir et rétroagir sur le plan théorique s’il est vrai qu’à travers des effets tout d’abord appréhendés sous forme de « questions sociétales », les technologies numériques sont intrinsèquement « pharmacologiques » , comme cela a été fortement mis en évidence au cours des dernières années, aussi bien par l’ouvrage de Nicholas Carr déjà mentionné que par des travaux anciens – tels ceux dédiés au cognitive overflow syndron – , ou, plus récemment, par la presse quotidienne française et par les questions soulevées dans de nombreux pays aussi bien dans le monde de la psychiatrie sous l’angle notamment de l’addiction, ou encore dans la théorie littéraire et la théorie des médias lorsqu’elles s’attachent à penser les déformations de l’attention induites par les médias numériques (cf. par exemple Katherine Hayles).

Non seulement le caractère pathogène et toxique du numérique ne saurait être contourné, mais en tant qu’il est aussi curatif, comme l’écriture dont parlait Platon sous le nom de pharmakon – et le numérique est la forme actuelle et industrielle de l’écriture – , pathologie, toxicité et thérapeutique constituent peut-être les questions les plus vives dans le champ des études à venir quant aux technologies numériques s’il est vrai qu’elles viennent au cœur de la pratique pédagogique et de la conception du rôle même des établissements d’enseignement scolaires et universitaires.

Programme :
28 mars

10h00 Introduction : Bernard Stiegler

11h Théories et pratiques des supports techniques des savoirs : antécédents théoriques
. Vygostsky et l’extériorité des savoirs : Nathalie Bulle
. Bachelard et la phéoménotechnique : Jean-Hugues Barthélémy
. La question des données après Husserl : Yuk Hui
. De Mac Luhan à Andy Clark en passant par Hutchins : Harry Halpin

14h30 Éléments d’histoire et de pathologie. Des médias et de l’écriture numérique
. Kapp et de la projection organique : Grégoire Chamayou
. Attention et lecture numérique : Alain Giffard
. Ce que le milieu médiatique fait aux cerveaux : Bruno Harlé
. Citoyenneté devant les données ouvertes : Dominique Cardon

16h30 Computer sciences, software studies, digital humanities
. Savoirs et artefacts : Bruno Bachimont
. Enjeux de visualisation pour le développement des savoirs : Matt Spencer (Goldsmiths, Univ. of London)
. Digital humanities et recherche contributive : Emmanuel Château
. Philosophie du jeu – à propos du jeu vidéo : Mathieu Triclot
. Innovation et territoires numériques : Franck Cormerais
. Philosophie du web et ingénierie philosophique : Alexandre Monnin

29 mars
9h30 Organologie des savoirs
. Dimensions temporelles du Web : Alain Mille
. Le projet du social book d’Alcatel Lucent : N. Ebenreuter, D. Decotter (Social Book, Alcatel Bell labs)
. Outils de visualisation de contribution : Raphaël Velt et Samuel Huron
. Forme numérique d’une recherche en design: STRABIC et les élèves de l’ENSCI

11h30 Economie industrielle des savoirs à l’époque du numérique
. Le capitalisme linguistique : Frédéric Kaplan
. Les industries de transfert et les technologies relationnelles : Christian Fauré
. Plateformes collaboratives : Alain Garnier, JameSpot

14h30 Arts, médias, territoires
. Journalisme et société numérique : Agnès Chauveau
. Industries culturelles et société numérique : Eric Scherer
. Context, contact, content : Jean Louis Fréchin (sous réserve)

16h30 L’enseignement et la recherche
. Apprendre à écrire le numérique : Victor Petit
. Faire de l’histoire aujourd’hui : Sylvie Lindeperg

Loading…

  • Jamespot
  • Twitter
  • Facebook
  • Digg
  • Delicious
  • LinkedIn
  • FriendFeed
  • Tumblr
  • Netvibes Share
  • MySpace
  • Share