PhiloWeb Projet FP7 Marie Curie (Philosophie du Web : Des Représentations Hypertextuelles à l’Intelligence Collective)

5, avril 2011  |  Publié : Projets  | 

L’IRI est heureux d’annoncer la venue prochaine d’Harry Halpin. Auteur d’une thèse (Sense and Reference on the Web) réalisée sous la direction d’Henry Thompson et Andy Clark à l’Université d’Édimbourg, H. Halpin fut le premier à parler d’une philosophie du Web. Il est également passé par le W3C où il est en charge du Federated Social Web Incubator Group, qui marque la volonté du cet organisme de proposer de nouveaux standards pour le Web social.

Dans l’optique de voir se développer une collaboration avec Bernard Stiegler et de poursuivre la réflexion sur la philosophie du Web, Harry Halpin et l’IRI ont lancé le projet « PhiloWeb » (Programme FP7 Marie Curie n°275253) qui a récemment été validé par la Commission Européenne. Celui-ci, d’une durée de 24 mois, permet à H. Halpin de rejoindre l’IRI pour préparer l’écriture d’un livre destiné à présenter ses thématiques de recherche à un plus large public.

Ce projet s’inscrit également dans la suite directe du travail mené par Alexandre Monnin (Paris 1, IRI, CNAM) sur la Philosophie du Web (http://web-and-philosophy.org/). Que ce soit dans sa thèse (Paris 1), ou à travers l’organisation d’événements internationaux tels que PhiloWeb 2010 ou, plus récemment, francophones, à l’instar de l’atelier Philosophie et Ingénierie, en marge de la conférence IC 2011 de la plateforme AFIA.

Alexandre Monnin réalise également des entretiens avec les chercheurs et ingénieurs intéressés par ces questions. Citons notamment Tim Berners-Lee, François Rastier, Bernard Stiegler, Bruno Bachimont, Manuel Zacklad, Eddie Soulier, Fabien Gandon, etc.
Entretiens à retrouver sur : http://www.dailymotion.com/PhiloWeb

Ci-dessous, le résumé du projet :

Suite au succès technologique rencontré par le Web, et compte tenu des changements structurels que celui-­‐ci a induit, les Web designers comme les chercheurs sont contraints de se confronter à un nombre toujours plus élevés de difficultés dont la racine est clairement philosophique. Parmi celles-­‐ci, de nombreux problèmes anciens se cachent sous de nouveaux habits – des questions touchant à la connaissance, à l’identité et au langage – quand, en parallèle, de questions inédites sont soulevées par l’imbrication de plus en plus complexes du Web dans le monde avec la monté du Web Sémantique et du Web des objets. Dans un univers de plus en plus dominé par les technologies de l’information, notre propre nature en tant qu’individus change graduellement à mesure que nos capacités cognitives et sociales s’externalisent toujours davantage. Pourtant, les philosophes commencent à peine à lier ces enjeux technologiques à la tradition philosophique française, qui explore les origines historiques des structures conceptuelle, et la tradition analytique marquée par la rigueur, qui requiert que toute affirmation soit fondée sur des preuves logiques ou empiriques. Cette bourse entend constituer le démarrage d’un projet de plus grande ampleur qui, d’une manière innovante, tente d’associer ces deux traditions autour d’un commun objet de recherche : le World Wide Web. Une approche strictement interdisciplinaire est pour cela requise, qui entend replacer les recherches actuelles sur le Web dans un cadre plus large qui associe la cognition et l’inscription corporelle de l’esprit aux dernières innovations en la matière. L’objectif final est de concrétiser cette bourse par l’écriture d’un livre dont le titre provisoire est The Open World: A Philosophy of the Web.

  • Jamespot
  • Twitter
  • Facebook
  • Digg
  • Delicious
  • LinkedIn
  • FriendFeed
  • Tumblr
  • Netvibes Share
  • MySpace
  • Share